mardi 27 mai 2014

Fabrication d'adobe

Fabrication d'adobe

En attendant de pouvoir finir le hors d'eau, nous nous sommes attaqués à une grosse partie du projet : le mur de stockage permettant une inertie répartie.

Ce mur sera réalisé à partir du matériau le plus écologique qui soit, à savoir la terre argileuse. De plus, la terre utilisée est celle tirée des fondations, donc aucun transport (pas d'énergie grise) à part la brouette et l'huile de coude.

Après quelques petits tests, notre terre s'est révélée trop argileuse. Il a donc fallu ajouté une part de sable de carrière pour 3 parts de terre argileuse. Nous avons décidé de ne pas stabiliser la terre : pas d'ajout de ciment, chaux, bitume ou résine. Les tests de compression réalisés ultérieurement nous ont conforté dans notre choix. Enfin, pour augmenter la résistance à la traction et éviter le retrait de la terre lors du séchage, nous avons ajouté de la paille broyée (certains parlent de stabilisation végétale).
Voici notre premiere brique en cours de séchage qui sera mise à rude épreuve pour valider la théorie :


2 autres briques avec un mélange 3T/1S et des longueurs de fibres différentes :



Le mur a construire est un demi cercle. Pour éviter d'avoir des adobes en saillies du mur, nous avons réalisé des moules courbes de 40*15*10 (0,06 m3). Pour faciliter le démoulage des briques, nous avons utilisé le reste des gouttières en zing. Cela s'est avéré trés efficace et améliore l'apparence . Chaque brique pèse environ 10 Kg soit environ 1700 Kg/m3. Un petit calcul pour 700 briques nous amène à un poids total de 7 T bien réparti entre les espaces de vie et les espaces nocturnes.




Et voici une belle piscine de terre argileuse à base de ballot de paille de bache agricole épaisse (Et oui du plastique) et des terres cuites pour stabiliser le tout. Rapide à réaliser et efficace avec un contenant d'environ 300 L. Nous n'avons jamais rempli totalement la piscine car fouler 30 cm de terre argileuse devient trés vite herculéen.


Et vient le moment le plus éprouvant avec le foulage de la terre en ajoutant la fibre végétale. Le mélange colle tellement aux bottes qu'une pelle comme appui me semble recommandé :


Quelques jours plus tard, 700 briques sèchent au soleil. En fait, l'acteur principal de cet assèchement se nomme le vent. Nous avons pu le constater en mettant des briques dans la serre fermée (trés peu d'assèchement après 3 jours dans une fournaise). On voit sur la photo du bas la différence de couleur entre les briques à plats encore humides et les autres. Il faut environ 3 jours pour que les briques soient transportables. La fibre végétale a parfaitement tenu son premier rôle en empèchant les fissures. Les seules fissures constatées ont été dues à un support non plat lors du dépot de la terre argileuse dans le moule.




Un gros avantage d'un mélange paille / terre est de pouvoir le réutiliser à loisir. Ici, 3 briques transportées trop tôt ont été réhumidifiées pour être recoulées dans les moules.



Les 700 briques ont été rentrées après un séchage presque complet, elles finissent actuellement leur cure bien à l'abri dans la maison. Prochaine étape, le montage du mur d'adobe avec une ouverture à intégrer comportant un arc en plein cintre. Ce mur sera construit autour d'un boisseau en terre cuite alvéolé